Jenifer Foulard

La jolie manager du Mary Céleste et Miss Beauté Quixotic 2014 nous raconte son parcours professionnel et ses impressions sur son travail.

eotm-jenifer
J’ai 29 ans, je suis née à Trappes dans la banlieue parisienne et j’ai grandi à Pornic, une petite ville de la côte nantaise. Je pourrais me décrire comme quelqu’un qui a un tempérament un peu nerveux: j’aime que ça bouge, je déteste l’ennui et j’ai une personnalité créative.

Mon début dans la restauration, je le dois à une famille de commerçants, à une grand-mère et une mère passionnées par ce métier. Tout en grandissant à leurs côtés, j’ai toujours souhaité faire quelque chose de différent, créer ma propre voie! J’ai alors commencé par faire des études en commerce international, suivi d’études dans l’art de la scénographie et de l’agencement.
Pendant cette période étudiante, la restauration faisait aussi partie de ma vie, avec l’objectif de gagner un peu d’argent mais aussi car je me sentais toujours très à l’aise dans ce type de métier. Après avoir parcouru le monde (Mexique, Argentine, Royaume-Uni entre autres) et avoir essayé d’autres métiers, j’ai décidé de m’installer à Paris et de tenter ma chance dans le monde du cocktail suite à la rencontre avec Carlos Madriz. Trois ans plus tard, je suis toujours là! Il faut croire que j’ai fait mes preuves et que je suis finalement comme ma mère!

Au Mary Céleste, j’ai commencé en salle et je suis passé au bar sous le regard de Carlos, accompagné de Simon Perich ou encore Michael Mas. J’ai eu comme maîtres des jeunes hommes passionnés et des vraies ladies du bar qui m’ont émerveillé et m’ont donnée l’envie d’aller plus loin dans cette voie. Je reconnais ne pas être une « geek » de la mixologie, mais j’ai la passion du métier dans son ensemble : j’adore aussi le côté gestion d’un établissement. C’est la raison pour laquelle j’occupe aujourd’hui la place de manager.

Le Mary Céleste représente pour moi trois ans de de travail intensif, d’implication et d’énergie, mais surtout de rencontres merveilleuses. J’y ai travaillé avec vingt personnalités différentes et ai appris à manager mon équipe de sorte que les défauts de chacun soient comblés par les qualités des autres.

Aujourd’hui, j’ai arrêté de me poser la question: je suis réellement faite pour ça !